Jusqu’aux années 1930, l’allaitement maternel était la pratique presque universelle. Puis, on a développé le lait diététique à partir du lait de vache. Il est devenu le symbole de la société d’abondance ce qui entama le déclin de l’allaitement maternel.

Aujourd’hui, donner le sein est à nouveau l’objet de promotion dynamique car les études des années 1960 ont prouvé ses bénéfices ainsi que ses avantages par rapport au lait diététique.Il paraît que les bébés nourris au sein ont moins de maladies telles que le rhume, la diarrhée et les infections de l’oreille. En outre, il est moins probable qu’ils souffrent d’allergies. De plus, donner le sein est important et pour le bien-être psychique de la mère et pour celui de son bébé.

Cependant, donner le sein est souvent un défi incommode pour la mère à cause de la rétraction des mamelons, des mamelons douloureux, d’infection du sein (la mastite), du muguet dans la bouche du bébé et sur le mamelon, de fuite constante de lait ainsi que ses implications sociales, ou tout simplement une production de lait insuffisante qui peut provoquer un sentiment de culpabilité et de médiocrité.

Quand le nouveau-né suce le mamelon, ce dernier subit des changements tel que des inflammations et des escarres. Des cloques, des zones de la peau enflées et décollées, sont fréquentes (Ziemer 1993). Les statistiques montrent que 80-95% des femmes qui allaitent souffrent de douleurs dont 26% signalent une douleur intense aux mamelons (Newton 1952,Walker 1989). Il est évident que le traumatisme des mamelons reste encore très répandu. (Cable 1997)

Les mamelons douloureux peuvent inhiber le réflexe d’écoulement. Au fur et à mesure que les mamans deviennent plus anxieuses le cercle vicieux s’initie; et elles décident d’arrêter en faveur du sevrage précoce.

Les mamelons endommagés facilitent l’infection par des micro-organismes tels que le Candida albicans ou le Staphylocoques aureus, augmentant le risque de mastite, la conséquence d’une infection du canal galactophore ascendant. (Amir 1991,Livingstone 1999)

Le facteur le plus important dans la prévention de dommages aux mamelons est la bonne prise du sein par le bébé.(Klaus 1987).

D’autres facteurs causant des mamelons fissurés sont les produits enlevant la lubrification naturelle de la peau des mamelons et de la zone qui les entoure (les savons, shampooings) ou la tendance à avoir la peau sèche. Le maintien d’une bonne hygiène grâce à l’emploi de produits appropriés est essentielle.

Dans le passé, on gardait les mamelons fissurés, en milieu sec. Cependant, en milieu humide les blessures guérissent sans la formation d’escarres ni de croûtes. Ainsi, l’approche moderne est de créer une barrière humide sur la zone blessée ralentissant ainsi l’évaporation d’humidité naturelle de la peau.

Heureusement, aujourd’hui notre prise de conscience de l’importance de l’allaitement maternel et nos connaissances sur le processus de guérison se renforcent. Le résultat est une meilleure prévention et un meilleur traitement des problèmes des femmes qui allaitent.